Cuisiner en mer

Mais oui, cuisiner en mer c’est facile, mais tout dépend de votre équipement et de l’état de la mer, bien sûr. Vous ne le croyez pas ? Juste avoir un lieu de cuisson, des ustensiles et des ingrédients bien rangés et facilement accessibles… Plus facile à dire qu’à faire ? Surtout sur un petit bateau.

Prenons les choses une par une.

  • Un point de cuisson sécurisé en général au gaz car l’électricité n’est pas toujours facile à produire en mer. L’idéal jusqu’ici (mais je suis prête à revoir mes à priori sur vos conseils avisés) c’est un four ENO à balancier et à gaz avec 2 feux gaz. Sauf d’avoir pu se payer un four réglable souvent très cher, la température du four est difficile à évaluer. La cuisine à basse température et les grillades au four sont à écarter sauf à acquérir une grande maestria car ces fours n’ont pas de rampes de chauffage en hauteur. Toutefois la plupart des plaisanciers rencontrés possèdent un “deux plaques” électrique qu’ils utilisent au port voire un petit four électrique… mais là il est question d’avoir de la place dans le bateau pour les ranger en navigation. Autre instrument très intéressant : le barbecue à gaz avec couvercle que l’on fixe dehors pour les sardinades …
  • Les ingrédients en général sont dans des boites hermétiques (question d’éviter l’humidité) disposées dans des équipets près du point stratégique de cuisson. Sel, poivre, épices sur tourniquet vissé au plafond d’un équipet. Riz, pâtes, farine, lentilles, levure, sucre. Dans un autre équipet plus près de la table les ingrédients des petits déjeuners : café, thé, chocolat, sucre en morceau, pain. Les fruits et les légumes frais, je les ai installés dans de petits sacs accrochés sous la table, mais j’ai vu beaucoup de bateau avec un filet accroché au plafond (attention aux fruits et légumes un peu avancés qui “coulent”) et enfin dans un coffre facilement accessible (ou dans des tiroirs) les conserves, l’huile, le vinaigre, la bouteille de vin entamée voir le rhum (pour les crêpes bien sûr). Un truc : j’ai acheté chez Metro des grands récipients en plastique étanches pour l’alimentaire d’une contenance de 3 à 5 litres dans lesquels je conserve mes grandes quantités de sucre, de farine, de riz, le tout dans un coffre moins accessible. Et je rempli mes boites d’un kilo quand c’est nécessaire (environ un fois par semaine).
  • Les instruments de cuisine ? Les navigateurs savent que la place est comptée et que les séries de casseroles et poêles avec manches amovibles sont à préférer. Pour les assiettes et les verres le les ai choisi en verre, mais du solide…  Attention tout de même à la casse toujours possible dans un environnement qui n’est pas toujours calme. Quelques plaisanciers ont préféré le mélaminé. J’ai eu quelques déboires de verres plastiques qui se fendent au bout de quelques mois et j’ai trouvé les assiettes plastiques pas toujours très agréables sauf pour les bols qui servent à manger dans le cockpit en navigation… à chacun de faire son choix, mais par expérience prévoir au moins 8 couverts complets car les occasions de repas entre voisins de mouillage ou de port sont très nombreux et très agréables. Je suggère d’avoir sous la main un tiroir pour les éplucheurs, tire bouchon, presse-ail, et autre pinceau à huiler et marise et un présentoir pour les couteaux, louche, grande cuiller et fourchette à rotir (excellent pour les barbecues). Bien sûr quelques plats, saladiers, une passoire, une cocotte minute sont de rigueur (surtout la cocotte minute qui est très précieuse)
  • Enfin un réfrigérateur, si possible pas de forme “bac” (c’est trop difficile à ranger et surtout à retrouver les ingrédients fragiles). Un bon petit réfrigérateur style “placard” en 12V c’est parfait. Et si la production d’électricité du bateau le permet : un congélateur 12V aussi

Finalement rien de très exceptionnel, une cuisine normale, juste dimensionnée pour faire la cuisine sans trop bouger ni casser.

Les repas alors ?

Quand on est au mouillage ou au port, pas de grande différence avec la cuisine dans un appartement si la cuisine est bien aménagée. Une fois que la place de chaque chose est bien déterminée et respectée, il n’y a plus de problème pour faire des éclairs au chocolat, un navarin d’agneau ou une lotte à l’armoricaine. Les choses se compliquent pendant la navigation si la mer est un peu houleuse. Si la navigation ne doit pas durer plus de 24 heures, en général nous préparons les repas à l’avance, genre salade de riz/thon/tomate accompagnée de fruits secs ou frais que l’on peut déguster au cours de la journée car vous connaissez sans doute la règle des 5 F pour éviter le mal de mer : PAS de fatigue, de froid, de frayeur, de FAIM ni de FOIF (soif !). Si la navigation doit durer plus de temps soit nous avons le bonheur d’avoir une navigation tranquille qui nous permet de faire la cuisine facilement soit il est préférable d’avoir une bonne provision de plats tout préparés ou facilement réchauffables (attention l’eau bouillante renversée, ça brûle…). Pour les cas extrêmes nous avons un genre de ceinture qui se fixe sur une barre dans la cuisine et qui nous permet de nous stabiliser pendant la préparation des repas par gros temps. Au fait, si la mer est houleuse, le cuisinier peut demander de passer au grand largue  le temps de préparer les repas…

LES REPAS SONT TRES IMPORTANTS EN MER , soignons les et prévoyons toujours d’avance quelques petites douceurs facilement accessibles. C’est le carburant de notre vigilance et en cas de difficulté cela remonte nettement le moral. Nous avons remarqué qu’en mer, quelque soit la quantité de nourriture que nous avalons pendant la navigation, nous avons tendance à maigrir tant le simple roulis  ou le petit tangage sollicite nos muscles, même quand nous sommes assis dans le cockpit. C’est pourquoi le Maître Coq est un titre particulièrement respecté dans la marine…

Pour vous aider, vous trouverez régulièrement des recettes que nous faisons très régulièrement sur notre bateau à voir  dans les rubriques de la première page dans l’onglet “Cuisiner en mer”

Bon appétit !

Liste des articles publiés  :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.